Voléro

VOLÉRO

INTERPRÉTATION & CHORÉGRAPHIE : GEORGE CORDEIRO


Création Automne 2017
4O minutes

Il n’y a qu’un pas entre le Boléro, la danse à trois temps venue d’Espagne et le Volero. Le terme Volero signifie le «danseur volant». Mais le Volero de George Cordeiro n’est pas emprunt de légèreté, mais bien d’un besoin vital de s’élancer, de se relever, de s’envoler.

Volero est né d’une nécessité urgente de pénétrer l’univers intime, de peindre l’expiation d’un être en proie aux conflits intérieurs et aux perditions de l’âme. Volero porte la volonté de traduire un état de précarité psychologique, sociale et émotionnelle en se saisissant d’une trajectoire de vie déroutée. Immergé dans l’embrasement de ses émotions, le sujet lutte contre ses troubles jusqu’à percevoir la force de son altération, tiraillé entre le monde de l’underground et celui du divin.

En se conformant ou en s’éloignant des normes de sa contemporanéité, le personnage donne à voir un espace à l’ « extemporané ». Ainsi, Volero explore la vie, le dicible et l’indicible, ses nombreuses perceptions, en considérant à l’interprétation ce que nous pouvons, devons et voulons apercevoir.

 

Les commentaires sont clos.